Accueil Rencontre Culture

Saint-Rémy-lès-Chevreuse

Font Size

Cpanel

Histoire de l'ARC St Rémy les Chevreuse

cigogne1.JPGET SI ON SE SOUVENAIT DE LA NAISSANCE DE l'ARC ? 

En 1966, un groupe d'habitants de SAINT-REMY- LES- CHEVREUSE a considéré que la vie sociale dans la commune, à cette époque, était très négligée. C'est à l'initiative de ces quelques personnes que le " groupement d'Action Sociale " fut fondé (sous la loi de 1901).


Cette association a été, entre autre, à l'origine de la création de la Maison des Jeunes.

J'ai adhéré fin 1968. Le Président en était Monsieur POMMERET. Un petit groupe de dames assurait la permanence, le samedi matin, dans le hall de l'Ancienne Mairie, à la place de la Croix Rouge actuelle. Nous étions là pour répondre à toutes sortes de questions pratiques non administratives : adresses de colonies de vacances, associations, femmes de ménage…etc. Nous avions établi un fichier et essayions de trouver, dans la semaine, les réponses que nous ne pouvions donner sur le champ.

Les mois passant, pour différentes raisons, le nombre d'actives s'amenuisait et le tour de permanence revenait de plus en plus rapidement. Monsieur POMMERET, souffrant d'une affection qui devait l'emporter très vite, je suis devenue Présidente.

L'élan généreux de début ne trouvait guère d'écho et le recrutement devint difficile. Il me semblait cependant qu'à SAINT-REMY beaucoup de femmes disposant de temps libre souhaitaient trouver l'occasion de rencontres, mais comment les toucher ?

J'essayai d'élargir notre horizon en nous affiliant aux " Associations Familiales ". Cela répondrait-il aux besoins des familles de la ville ?

Ensuite, j'ai proposé de créer un " Club Féminin ", proposition qui fit fuir les messieurs du Bureau. Nous étions en 1970. Heureusement, Madame GORISSE, mère de Francis et de Michel et Madame SMITH m'ont soutenue. Sur le conseil de celles-ci, je suis allée voir notre Député d'alors : Madame THOME-PATENOTRE, à sa permanence de CHEVREUSE. Elle m'a proposé de rencontrer la Présidente du club d'accueil de RAMBOUILLET, ce que j'ai fait avec plaisir.

Il fallait, pour débuter, organiser une réunion sur un sujet qui accroche, un sujet à l' "ordre du jour " : le travail des femmes. Je connaissais une association C.E.T.R.A.F. aujourd'hui disparue, qui organisait des stages de formation spécialement pour les femmes et dont le Président, Monsieur RENARDET, par ailleurs chargé d'enseignement à l'école des Hautes-Etudes, avait écrit des travaux sur le sujet.

Deux réunions eurent lieu le même jour : après-midi et soirée. Nous eûmes 35 personnes chaque fois. Ce chiffre peut paraître dérisoire en 1990, à l'époque il nous parut un franc succès, d'autant mieux que la participation fut active et enthousiaste. A l'issue de la réunion, à la question : quand se retrouve-t-on ? dans un mois ? la réponse fut péremptoire : mais non, toutes les semaines !

Se rencontrer toutes les semaines impliquait l'idée d'activités communes. Au départ, il fallut s'informer des désirs de chacune afin d'y répondre et aussi que les connaissances particulières profitent à toutes. Ce fut facile tellement la volonté de participation était grande.

En 1971-72 , le vocable " Groupement d'Action Sociale et Familiale " toujours en vigueur devenait obsolète, le club féminin étant le seul effectivement en fonction. Par ailleurs, je suis allée plusieurs fois à des réunions générales de " l'Accueil des Villes Françaises " dont le club de RAMBOUILLET faisait partie, pensant y pêcher des idées et des occasions d'échanges.

Le mot " Accueil ", porte ouverte à tous, me semblait très important. Pendant une Assemblée Générale, toutes les présentes participèrent à la recherche des mots suivants, afin de définir un titre original pour notre Association, ce fut :
ACCUEIL, RENCONTRE, CULTURE

L'ARC était née.

 Jeannette BRASIER
Présidente d'Honneur